lundi 25 février

The Willowz, Sons & Daughters - Le Botanique, Brussels - 19 février 2008

 

place_willowz

  Petit voyage à BruBru spécialement pour assister au concert de mes chouchous du moment The Willowz, un groupe américain qui a beaucoup tourné en France mais sans dates à Lille. Petite frayeur quelques jours avant, le groupe ne joue plus seul au Witloof Bar mais en première partie du groupe écossais Sons & Daughters. Cependant, le mana2264146472_1167c386c4ger rassure via myspace, il s'agit plutôt d'une double affiche.
   Donc, cela se passe à l'Orangerie (la plus grande salle du Bota). La salle est d'ailleurs trop grande pour eux et le public clairesemé devant un groupe totalement inconnu pour eux. Les 4 Californiens arrivent sur scène, sûrs d'eux et physiquement, ils en imposent. Le chanteur, trés mince, a de splendides et longs cheveux (de quoi rendre jalouse n'importe quelle fille). Il a une présence incroyable sans en faire des tonnes mais surtout une voix impressionnante. Le batteur, lui, fait immédiatement pensé au grand John Bonham. Le guitariste (Fender) en chemise à carreaux se lâche au fur et à mesure du set. Ses jambes sont de plus en plus désarticulées, sa chevelure de plus en plus folle. A la basse, la fille paraît en retrait mais elle n'a pas l'air de se laisser faire avec ces 3 gaillards. Bref, un groupe qui sent l'Amérique 2263361071_b71904c8a2que j'aime.
   Niveau chansons, ils alternent entre les titres les plus punks de leurs premiers albums ('Something, Cons & Tricks, Toy' ...) et les autres, plus travaillés et mélodiques du dernier (et excellent) album "Chautauqua". les plus grands morceaux y passent. L'épique 'Evil Son' bien sûr qui a duré plus de 10 minutes. Au début, le jeu du batteur est trés calme. D'ailleurs celui ci ne manque pas de montrer son ennui sur le début du morceau pour ensuite brillé dans un solo digne du légendaire batteur de Led Zep pendant que les trois autres quittent carrément la scène. Certes, ce n'est pas 'Moby Dick' mais, c'est assez rare de nos jours, d'oser ce genre de solo que certains trouvent indigeste. Autre grand moment, le morceau 'Jubilee'. Malheureusement, cette version live m'a un peu laissé sur ma faim car il manquait une guitare acoustic pour retrouver ce côté country qui me plait tant. Et enfin, troisième titre qui m'a bouleversé, le trés 2264146264_ceb46855c4calme 'I Wonder' chanté quasiment a capella : la guitare de Richie au minimum (ou carrément débranchée) donc à peine audible et l'autre guitariste improvisant quelques trucs, assis sur le côté. Splendide et impressionnant !
   Au bout d'une heure, les Willowz quittent la scène mais le public belge est visiblement conquis et en redemande. L'infernal 'Beware' conclut le set en beauté.

   Les trés Américains Willowz laissent la place aux arty Sons & Daughters pour un changement d'ambiance total. Les écossais ont d'ailleurs été impressionnés par leurs prédecesseurs mais ce sont les vedettes de la soirée donc réclamés par le public. Malheureusement, ils sont pratiquement inconnus pour moi donc ce n'était pas gagné mais finalement, j'ai bien aimé. La chanteuse ressemble exactement à une Beth Ditto qui a suivi un régime (mais pas jusqu'au bout quand même), les chansons sont pas mal et entrainantes. Par contre, la chanteuse hurlait vraiment trop fort parfois; ils devraient changer de marque de cordes de guitares; laisser la bassiste dans les backstage on ne verrait pas la différence; et prévoir un rappel parce que les fans n'avaient pas l'air contents.

   à lire : autre review - chronique des Inrocks à propos des Willowz
   à regarder : photos Alternative Teken
   à écouter : The Flophouse Session (acoustic)

   crédit photo : Le Hiboo (concert Maroquinerie)   

Posté par black_bird à 15:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur The Willowz, Sons & Daughters - Le Botanique, Brussels - 19 février 2008

Nouveau commentaire